Débuter en MAO : 4 conseils pour progresser rapidement

Débuter en MAO

L’idée de débuter en MAO te trottait dans la tête depuis un moment, mais le temps et l’occasion de sauter le pas manquaient. Pourtant, ces musiques que tu affectionnes depuis des années sont des pépites : un parfait bonheur auditif. Elles te donnent envie d’en produire à ton tour et peut-être un jour, de connaître la joie de partager ces petits bouts de toi-même.

Oui, mais voilà, derrière les bonnes raisons de se lancer dans la composition musicale se cache un nouveau monde, parsemé de vastes étendues à explorer. Il vaut donc mieux éviter de commencer avec de mauvais outils sous peine de se perdre, ou pire, de se décourager.

Afin de passer cette étape de la production musicale avec succès, voici quelques conseils pour bien démarrer en musique assistée par ordinateur (MAO) et progresser rapidement.

Conseil #1 : Ne pas acheter de matériel de musique tout de suite

Le matériel audio est fait pour te faciliter la vie en tant que créateur et créatrice. Il amène de nouvelles possibilités de jeu et de modulation pertinentes pour développer ton efficacité et stimuler ton inspiration.

Pour autant, comment arriver à faire un choix judicieux sans connaître le rôle et les fonctions de chaque machine ? En effet, déterminer ce qui te convient le mieux nécessite de développer des premières routines de production. Tu pourras ensuite définir quel matériel pour faire du son tu préfères.

Par exemple, si tu hésites entre un clavier maître et une drum machine, c’est que tu as probablement besoin de temps. N’écoutes pas le vendeur ou la vendeuse de ton (futur) magasin préféré !
As-tu déjà une expérience de claviériste, ou prévois-tu d’apprendre à jouer du clavier ?
Si c’est le cas, le premier choix semblera plus pertinent.
En revanche, si tu développes certaines affinités avec le sampling et le découpage de pistes audio pour du beatmaking par exemple, le second choix aura plus de sens.

Alors, tant que tu possèdes un PC ou un Mac avec un minimum de performance ainsi qu’un casque et/ou une paire d’enceintes, l’essentiel est là. Tu auras tout le temps d’améliorer ton set up et d’acquérir du matériel petit à petit lorsque les besoins s’en feront sentir.

Conseil #2 : Pratiquer la MAO ! Pratiquer, pratiquer…

L’idée te paraît aller de soi ? Pourtant, le manque de pratique en MAO est un vrai travers, d’autant plus lorsque nos heures dédiées à la musique chaque jour sont comptées.

En effet, il est très pertinent d’aller se renseigner et dévorer des tutoriels ou blogs afin de développer ses connaissances musicales et stimuler son inspiration. Pour autant, accumuler des heures de visionnage ne fera pas de toi quelqu’un de plus à l’aise face à ton logiciel de MAO.

On a effectivement besoin, comme pour l’apprentissage d’un instrument, de créer des automatismes, une aisance physique. On doit incorporer les savoirs acquis… en bref pratiquer ! 

Cependant, je ne mets pas dos à dos les deux approches. Nous avons à la fois besoin de connaître la théorie et de nous entraîner. Mais pourquoi ne pas essayer de réajuster un peu la balance entre les deux ?

J’ai personnellement appliqué une routine qui m’a beaucoup apporté. Le matin je visionnais un ou deux tutoriels. Plus tard dans la journée, j’appliquais les concepts et les techniques de production musicale apprises, selon le temps que j’avais à y consacrer.

C’est ainsi que j’ai réussi à intégrer les bases de la MAO jusqu’à développer un workflow complet.

Conseil #3 : Lire le manuel de ton DAW dès tes débuts en MAO

Ne serait-ce pas le conseil le plus évident de cette liste ? Et pourtant… Je sais que l’on est très peu à avoir déjà pris le temps de l’appliquer. Ce manuel est aussi passionnant que le code de la route … mais tout aussi utile pour être aux commandes comme un pro !

De mon côté, j’ai attendu 6 ans avant d’oser l’ouvrir…  et c’est un vrai regret ! 

Le manuel d’Ableton Live 11 compte 815 pages, ce qui a de quoi décourager, j’avoue. Pourtant, il offre la possibilité de parcourir des thématiques très diverses et d’accéder directement à l’information dont on a besoin. Il explique, avec un langage clair, toutes les fonctions présentes au sein du logiciel, comment ont été pensés les effets audio et les instruments, et le cas échéant, quelles machines ils émulent.

Alors, n’hésites plus… Tu as trouvé ton nouveau livre de chevet !

Conseil #4 : Prendre des notes (au propre) pour progresser rapidement

Notre cerveau a la capacité d’interpréter l’ensemble d’un propos afin d’en comprendre le sens. C’est essentiel pour l’apprentissage et plus généralement la vie en société.

Mais, pour ce qui nous intéresse, bon nombre d’informations factuelles comme les réglages d’un synthétiseur ou un routing précis peuvent se perdre en route dans la nuée des connexions neuronales.

Faut-il plutôt booster à 2000Hz ou à 5000Hz pour ajouter de la clarté ? Impossible de s’en souvenir exactement…
Et c’est bien normal, nous aurions beaucoup trop d’informations à retenir. Notre cerveau fait naturellement le tri. Alors pour garder en tête ces précieuses connaissances, nous n’avons que peu de choix : l’écriture reste l’une des solutions les plus pertinentes.

Pour autant, les notes doivent pouvoir rester claires et accessibles, sous peine de finir dans les abysses d’un cahier de brouillon enterré au fond d’un tiroir. Il est donc temps de refaire corps avec la rigueur scolaire qui nous embêtait tant : mais pas de panique, c’est pour la bonne cause, alors foncez !

J’espère que ces conseils t’aideront à t’organiser et à y voir plus clair lors de tes débuts en production musicale. De ton côté, as-tu des tuyaux pour bien débuter en MAO ? N’hésites pas à les partager en commentaire. 

Si tu as besoin d’aide, je peux aussi t’accompagner dans ton apprentissage musical. Réserve un entretien gratuit. Nous verrons ensemble comment accélérer ton initiation à la MAO.

À bientôt !

Besoin d'infos sur la MAO ?

Parlez-en avec vos amis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page